# 2 mythes dangereux qui peuvent vous empêcher de devenir bon en maths?

Certains mythes ont la vie dure. Mais pas seulement. Ils peuvent, par leur caractère nocif, décourager à jamais les élèves qui souhaitent devenir bons en maths.

En voici deux.

  • Mythe 1: on peut obtenir de bonnes notes en maths sans travailler.

Xavier est en terminale S. Sa plus mauvaise note en maths est 19,5. Pareil en physique-chimie. Il s’ennuie ferme en classe. D’un commun accord, son prof de maths lui permet de préparer ses cours de prépa pendant que ses camarades transpirent sur les nombres complexes.

Xavier boucle quasiment le programme de maths sup avant la fin de l’année. Son bac, il l’obtient naturellement avec la mention très bien.

Après quelques mois en prépa, tous ses copains sont unanimes: Xavier est un extraterrestre. Il cartonne en maths sans travailler. Si, si! Même Sandy, sa petite amie avec qui il s’est installé, confirme: Xavier n’ouvre jamais ses livres de  maths.

Le prénom Xavier est imaginaire, mais le personnage lui est bien réel. C’est un élève que j’ai accompagné en seconde et qui a découvert les joies de comprendre les maths.

Question: Xavier est-il vraiment bon en maths sans travailler ?

  • Mythe 2: la bosse des maths, tu l’as ou tu ne l’as pas.

Cela fait trois mois que j’aide Éric à progresser en maths. Rien à faire. Les maths ça le gave. Ce qui l’éclate? Mettre les deux mains dans le cambouis, retaper de vielles bécanes, tuner sa caisse.

Par contre, en bon grand-frère, Eric souhaite que sa soeur Céline, elle, réussisse à l’école. Comme lui, ses notes en maths ne sont pas terribles: autour de 4/20.

Un jour Eric lui lance un défi: si elle obtient 20/20 en maths il lui achète le téléphone tactile qu’elle réclame depuis un moment.

Seulement un mois après, étonné, Eric se voit contraint de tenir sa parole.

La suite? Céline renoue avec ses anciennes notes tout en passant de longues heures à pianoter sur son écran tactile. Comme son frère, les maths ça ne la branche pas.

Céline a obtenu un bac L avec mention.

Céline a-t-elle la bosse des maths? Ne l’a-t-elle pas?

Un autre exemple?

Prenez Dan, ce jeune américain amoureux du ballon orange. Il veut jouer dans l’équipe de basket de son université. Mais les entraîneurs sont tous d’accord: Dan n’est pas bon. Il n’a pas la bosse du basket. De plus, il est frêle et pas assez grand.

Blessé dans son amour-propre, Dan s’entraîne pendant des heures et des heures à améliorer ses dribbles, ses shoots, ses déplacements, sa musculature.

Ses efforts, sans la bosse du basket, ont-ils payé ?

En fait, le nom complet de Dan c’est Jordan. Michael Jordan.

Il est indéniable que certaines personnes apprennent et comprennent plus vite. Ce qui est un énorme avantage. D’autres sont plus lents.

Mais un effort soutenu et bien orienté, permet aux « tortues » d’atteindre les mêmes objectifs que les « lièvres », sinon de les dépasser comme dans la célèbre fable de Lafontaine.

La question n’est donc pas de savoir si vous avez ou pas la bosse des maths.

Mais, êtes vous prêt à fournir l’effort nécessaire pour devenir bon en maths?



 (Pour faire un commentaire, vous pouvez laisser les champs « Nom », « adresse de contact » et « site web »vides).

4 réflexions au sujet de « # 2 mythes dangereux qui peuvent vous empêcher de devenir bon en maths? »

  1. S’il te plait je suis amorreux des maths et pour cela j’ai choisi l université au ieu de prepa au maroc quels conseilles pouvez vous me donner pour devenir un grand chercheur en math

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.